Transformation numérique en douceur pour la branche de l’immobilier.

Transformation numérique en douceur pour la branche de l’immobilier.
23 juillet 2019, Peter Staub

Transformation numérique en douceur pour la branche de l’immobilier.

La numérisation a gagné l’économie immobilière. De nombreuses entreprises cherchent actuellement à se positionner de manière stratégique et à mettre à profit les possibilités offertes par les technologies numériques. Parallèlement, on observe une certaine désillusion, comme le montre la dernière enquête de pom+ sur la numérisation dans l’économie immobilière. Près de 170 cadres et spécialistes de l’immobilier ont évalué leur propre maturité numérique. Les résultats sont sans appel: le potentiel numérique est encore largement inexploité.

En 2019, dans la quatrième enquête Digital Real Estate, le Digital Real Estate Index a été calculé pour la première fois pour la Suisse et l’Allemagne. Cet indice repose sur 37 indicateurs répartis en cinq groupes. Sur une échelle de 1 à 10, la maturité numérique actuelle est évaluée à 4,67 pour l’ensemble du marché. Les personnes interrogées en Allemagne ont attribué une valeur de 4,99 à leur degré de maturité, donc supérieure à celle des participants suisses (indice de 4,55). Contrairement à leurs homologues suisses, les gérants d’immeubles, les prestataires de services FM ainsi que les planificateurs et les entreprises de construction allemands se considèrent comme particulièrement avancés en matière de numérisation.

La diminution des marges comme catalyseur.

De nombreux acteurs du marché allemand rencontrent des difficultés croissantes à travailler de manière rentable sur la base des taux d’honoraires usuels. La faiblesse des marges impose une optimisation de l’efficacité des processus et incite les propriétaires et les investisseurs à tourner leur regard à la fois vers la satisfaction et la fidélisation des locataires ainsi que vers le développement durable.

Cette appréciation plutôt moyenne peut également être attribuée à une certaine désillusion succédant à l’engouement de ces dernières années. Par rapport aux années précédentes, les bénéfices escomptés ont reculé en Suisse pour de nombreuses technologies. De plus, il devient évident qu’une restructuration complexe est nécessaire avant de pouvoir tirer pleinement parti des applications de la transformation numérique. La centralisation de la gestion des données et des documents portant sur les différentes phases du cycle de vie des immeubles a fréquemment été négligée; la solidité du marché immobilier et ses rendements en pleine croissance ont incité les acteurs à se concentrer sur d’autres questions. L’absence de base de données empêche maintenant les acteurs de se lancer pleinement dans la numérisation. Malgré tout, l’innovation reste une chance. En adoptant une stratégie individuelle en matière de numérisation et de gestion de données, les entreprises peuvent contribuer à une utilisation judicieuse des technologies et répondre aux attentes.

Les «retardataires» se mettent à niveau.

Les résultats de l’enquête confirment l’augmentation de l’importance pratique des technologies numériques. Les pionniers du numérique ont lancé le mouvement et, désormais, ce sont les «suiveurs» qui les rattrapent et commencent à intégrer et à utiliser les systèmes numériques dans leur quotidien. L’importance des douze technologies incluses dans l’enquête croît sans cesse depuis des années.

Par rapport à l’année précédente, pour les cinq technologies numériques les plus fréquemment employées, un bond de plus de 10% dans l’utilisation a été constaté. Plus d’un tiers des répondants ont confirmé qu’ils envisagent d’avoir recours à ces technologies ou les utilisent déjà. Il s’agit de «Platforms & Portals», «Decentralized Energy Technologies», «BIM», «Data Science» et «Sensors & Actuators». Une nouvelle poussée est attendue dans l’utilisation de «Data Science», «Navigation & Location Based Services», «Robotics & Drones», «BIM» et «Virtual & Augmented Reality». Entre un tiers et un quart des entreprises examinent actuellement la possibilité de recourir à ces technologies ou prennent déjà des dispositions en ce sens.

Les écosystèmes numériques comme «nouvelle donne».

Ce qui est frappant, ce sont les réserves exprimées par les personnes interrogées quant à la formation d’écosystèmes numériques. Contrairement à d’autres branches comme l’industrie automobile, l’immobilier a encore du mal à se faire à l’idée de regrouper des produits et services de différents fournisseurs afin d’améliorer l’expérience client. Les entreprises du secteur immobilier misent toujours essentiellement sur leur propre numérisation interne et ne pensent pas encore vraiment aux possibilités de coopérations transversales. Les avantages des investissements dans les start-up sont par conséquent jugés insignifiants et, du point de vue des sondés, l’élargissement externe de l’offre de produits et de services présente aujourd’hui un faible potentiel. Cela est également dû au fait que près de 50% des entreprises ne se représentent pas encore de manière précise ce que sont les écosystèmes numériques et ce que signifie l’économie de plates-formes.

Ces écosystèmes devraient nettement gagner en importance à moyen terme. Il est donc souhaitable d’aborder cette thématique de manière approfondie et d’examiner les opportunités et partenariats correspondants pour établir les bases nécessaires dès aujourd’hui. En effet, 75% des sondés estiment qu’une généralisation des écosystèmes numériques est probable, voire que les coopérations transversales auront un effet de «nouvelle donne» fondamental pour le secteur.

Télécharger l’étude

 

 

Partager l’article
Peter Staub
Peter Staub
Peter Staub est CEO et fondateur de la société pom+Consulting AG. En collaboration avec l’EPF de Zurich, l’Université de Saint-Gall, la Haute école d’économie de Zurich et d’autres partenaires de recherche basés en Suisse ou à l’étranger, il évalue les tendances et technologies actuelles en vue de développer de nouveaux modèles d’affaires pour toutes les entreprises actives dans l’immobilier. Soutenant des entreprises de renom, il leur propose des solutions innovantes pour bien prendre le virage du numérique. Il est par ailleurs responsable de la filière d’études «Digital Real Estate» à la HWZ et président du Group of Fifteen.
Profil de l'auteur
Profil de l'auteur

Thèmes principaux

Commentaires

Veuillez saisir un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *.
Les champs «E-mail» et «Confirmer e-mail» doivent être identiques.
Champs obligatoires*

Newsletter