Smart Building.

Grafik Bahnhof Basel SBB

Smart Building.

Les quartiers, les sites et les bâtiments doivent aujourd’hui permettre des affectations diverses et flexibles afin de répondre aux besoins de la société. Grâce à l’accompagnement de procédures participatives, les besoins de la population des quartiers, des usagers des bâtiments et des autres groupes d’intérêt (p. ex. cantons, villes, communes) sont intégrés très tôt au processus de conception.

Les frontières entre les phases classiques de planification, de construction et d’exploitation sont appelées à s’effacer. Les technologies et les méthodes numériques sont utilisées à tous les niveaux du cycle de vie immobilier et simplifient la communication entre les acteurs intéressés grâce à une base de données commune. Elles renforcent la transparence, permettent de prendre plus tôt de meilleures décisions durant la planification et la construction, et fournissent de précieuses informations pour l’entretien et l’exploitation des bâtiments.

Grâce à des capteurs en réseau et à des logiciels intelligents, les bâtiments intelligents peuvent être exploités de façon automatisée, en ménageant les ressources. Ils se caractérisent par un confort, une flexibilité et une sécurité accrus. Les plates-formes numériques permettent d’optimiser les processus de gérance et de proposer aux usagers des prestations supplémentaires personnalisées.

Objectif. 

Les CFF planifient, construisent et exploitent des bâtiments et des noeuds de transport efficaces qui interagissent avec leurs utilisateurs et s’adaptent aux besoins individuels. 

Contribution.

  • Les CFF recourent à une modélisation et à une automatisation des bâtiments intégrée et intersectorielle, et optimisent ainsi la planification, la construction et l’exploitation de leurs biens immobiliers. 
  • Les CFF assurent la maintenance prédictive et préventive au moyen de capteurs de construction. 
  • Les CFF proposent des services et des fonctions sur des plates-formes numériques multi-services. 

Exemple pratique: Building Information Modeling (BIM), gare de Bâle CFF. 

Pour rénover l’aile ouest de la gare de Bâle, les CFF ont misé sur le Building Information Modeling (BIM). BIM permet la saisie et l’intégration numériques de toutes les données du bâtiment. Celui-ci est visualisé sous forme de modèle informatique numérisé. Sur la base de ce modèle, il est entre autres possible de coordonner les attentes des différents groupes d’intérêt. 

En gare de Bâle, il a été possible d’optimiser le guidage des personnes et de disposer les surfaces publicitaires de tiers en phase avec les contraintes de la protection des bâtiments.  En outre, l’enregistrement complet en trois dimensions de la gare de Bâle permet d’identifier les imprécisions des plans analogiques et d’éviter des retards dans les transformations. BIM est certes déterminant pour la phase de planification et de construction. Mais il sera aussi d’une grande utilité pour l’entretien des bâtiments.